Que faire si vous trouvez un animal échoué sur la plage ?

Divers animaux peuvent s’échouer sur le littoral à cause des tempêtes hivernales. Que faire et qui contacter si vous trouvez un mammifère marin (dauphin, phoque…) ou un oiseau échoué, mort ou vivant, victime d’une tempête ou d’une pollution marine ? Voici quelques conseils sur la conduite à tenir.

mammifères marins en Bretagne

Les eaux qui bordent les côtes de Bretagne forment un lien entre la Manche et le golfe de Gascogne, ouvert sur le domaine océanique. Cette situation géographique particulière en fait une zone de très forte diversité en mammifères marins. Au cours des 2 dernières décennies, une trentaine d’espèces de mammifères marins ont été observée au moins une fois en Bretagne….

Beaucoup d’espèces sont océaniques et font des incursions sur le plateau continental alors que d’autres sont présentes toute l’année, comme le grand dauphin, les phoques gris et veau marin et plus récemment le marsouin commun.

En Finistère, l’archipel de Molène héberge une colonie d’une centaine de phoques gris en hiver et d’une cinquantaine en été.

Si vous trouvez un mammifère marin (phoque ou dauphin) mort ou vivant

Si vous trouvez une tortue marine vivante ou morte

  • Contactez Océanopolis, membre du réseau tortue marine de France, au 02 98 34 40 51.

Si vous trouvez un OISEAU BLESSÉ OU MAZOUTÉ

  • Contactez la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) au 02 96 91 91 40 qui vous donnera la marche à suivre. Océanopolis peut également les réceptionner, si vous les déposez. Ils seront alors conditionnés pour être expédiés au centre de soins de la LPO le plus proche (Île Grande dans les Côtes d’Armor).

À SAVOIR !

Concernant les phoques vivants que vous pourriez observer, la plupart ne sont pas en difficulté et ont nul besoin d’être acheminés vers notre centre de soins.

Un phoque qui veut se reposer va se mettre naturellement au sec. Entre novembre et février, beaucoup de jeunes phoques de l’année sont régulièrement observés. Parmi ces derniers certains peuvent avoir eu des difficultés à s’alimenter et sont faibles voire malades. C’est à partir de vos témoignages et photos que l’équipe mammifères marins décidera si elle doit récupérer certains de ces animaux pour les acheminer vers le centre de soins d’Océanopolis.

L’an passé, le parc de découverte des océans de Brest a recueilli 45 jeunes phoques gris dans son centre de soins.

Les tempêtes et les coups de vent qui ont durement éprouvé les côtes de Bretagne, tout au long de l’hiver dernier ont eu un impact sur le nombre d’échouages de phoques. C’est ainsi que la clinique des phoques d’Océanopolis a connu cette fréquentation inhabituelle.
Après 2 mois de soins, Océanopolis a relâché ces phoques gris rescapés des tempêtes hivernales. Les 2 derniers, baptisés par de petits écoliers Louna et Mignonne, ont retrouvé leur élément à Lampaul-Plouarzel. Après ces 2 mois de soins, leur poids avait doublé, pour atteindre 30 kg. A noter qu’une fois adultes, les mâles peuvent peser entre 250 et 300 kg et les femelles 150 kg. Selon Christine Dumas, chef d’équipe du service Mammifères Marins d’Océanopolis, « Les animaux ne restent pas là où ils ont été relâchés ».

--> --> -->