De nouvelles naissances de requins zèbres à Océanopolis !

28 juillet 2014 : un requin zèbre s'est reproduit en captivité, dans les coulisses d'Océanopolis; un requin réputé fragile en bassin et jugé vulnérable dans son milieu naturel. Depuis quelques mois, les soigneurs de l’équipe aquariologie surveillaient de près les œufs pondus par la femelle requin zèbre...

Une femelle requin zèbre (Stegostoma fasciatum) vient de naître à Océanopolis. Il s’agit de la première naissance de requin zèbre en 2014 pour le parc. L’éclosion de l’œuf a eu lieu après 173 jours d’incubation. Le jeune requin mesure 31 cm et pèse 116 g. D’autres œufs sont encore en incubation, les juvéniles devraient voir le jour dans le courant du mois d’août. Cet évènement fait suite aux cinq naissances de 2013, où Océanopolis voyait éclore, pour la première fois en Europe, des œufs de requin zèbre. Aujourd’hui, les visiteurs du parc peuvent toujours observer le premier né, qui a tout juste 1 an, dans l’aquarium « Poissons de récifs » du pavillon tropical. Il mesure déjà 1,20 m pour un poids de 5kg. 

Des coulisses au pavillon tropical d'Océanopolis

Juvénile requin zèbre

La première phase d’élevage des juvéniles est critique car il faut réussir à leur proposer une nourriture qu’ils acceptent, leur permettant de subvenir à leurs besoins énergétiques importants pour assurer leur croissance rapide. Après avoir été surveillé de près depuis sa naissance par les soigneurs d’Océanopolis, ce bébé requin zèbre quittera bientôt la nurserie pour le pavillon tropical

Le saviez-vous ?

Océanopolis est le premier aquarium public européen à avoir maitrisé la reproduction des requins zèbres. L’été dernier, ce ne sont pas moins de 5 jeunes requins qui ont vu le jour dans les coulisses du parc. La reproduction des requins zèbres en captivité est rare et difficile mais sa maitrise permettra de mieux connaitre leur biologie et de limiter les prélèvements dans le milieu naturel en favorisant l’échange d’animaux issus d’élevage entre aquariums publics. 

5 naissances de requins zèbres en 2013

Requin zèbre à Océanopolis Brest

Depuis son arrivée en 2002 à Océanopolis, la femelle requin zèbre pond une quarantaine d’œufs par an. En l’absence de mâle, ces œufs étaient malheureusement tous vides ou non fécondés. Grâce à une efficace collaboration entre aquariums, Océanopolis accueille en 2007 un jeune mâle de cette espèce. A partir de 2012, des tentatives d’accouplement ont été observées, signe de l’arrivée à maturité sexuelle du mâle, puis, début 2013, cinq œufs fécondés ont été observés pour la première fois. L’éclosion du premier œuf a eu lieu le 10 juin 2013 et marquait le début d’une série de cinq. 
Découvrez ou redécouvrez les images exceptionnelles de la naissance de ce premier Requin zèbre né à Océanopolis. 

Le requin zèbre, une espèce ovipare

Oeuf de requin zèbre © Océanopolis

Le requin zèbre (Stegostoma fasciatum) est une espèce tropicale pouvant atteindre 3,50 mètres. Sa répartition géographique va de l’Océan Indien à l’archipel Indo-Australien où il est le plus fréquent. Il passe une partie de son temps posé sur le fond et se nourrit de crustacés, de mollusques et de petits poissons à proximité des récifs coralliens. 

Les requins zèbres sont ovipares, ce qui signifie que les femelles pondent des œufs qui ont l’apparence d’une enveloppe cornée, plus ou moins rectangulaire et renflée d’une vingtaine de centimètres de longueur. L’embryon se développe à l’intérieur de cette enveloppe pendant 5 mois environ avant de la déchirer pour en sortir. Mesurant une trentaine de centimètre, le juvénile arbore alors une livrée noire ornée de points et de traits blanc crème, ce qui a valu à cette espèce son nom commun de requin zèbre. Sa croissance est ensuite rapide, puisqu’en trois mois son poids passe de 100 g à 1 kg. Au cours de cette croissance, sa livrée se modifie pour devenir beige avec des points noirs, raison pour laquelle les anglais l’appellent alors requin léopard. 

 Une espèce vulnérable

Comme beaucoup d’espèces de requins, les requins zèbres sont vulnérables en raison de la pression exercée par la pêche sur leurs populations. La maitrise de leur reproduction permettra de mieux connaitre leur biologie et de limiter les prélèvements dans le milieu naturel en favorisant entre aquariums publics l’échange d’animaux nés en aquarium. 

Tous les évènements