L’anémone
polaire

L’anémone
polaire

Mangeuse de poisson, Urticina piscivora, est une anémone polaire très colorée qui vit dans les mers du Nord.

L’anémone polaire ou piscivore - Urticina piscivora © Océanopolis L’anémone polaire ou piscivore - Urticina piscivora © Océanopolis
L’anémone polaire ou piscivore - Urticina piscivora © Océanopolis L’anémone polaire ou piscivore - Urticina piscivora © Océanopolis
L’anémone polaire ou piscivore - Urticina piscivora © Océanopolis L’anémone polaire ou piscivore - Urticina piscivora © Océanopolis
Précédent Suivant

De la couleur sous la glace

Bien que le froid forme en hiver une épaisse banquise sur les côtes de l’Arctique, la vie y abonde et y est très diversifiée. Souvent appelée fleur de la mer, l’anémone polaire rivalise presque avec les anémones des eaux tropicales : ses couleurs lumineuses attirent le regard : un pied rouge foncé et une couronne de tentacules blancs, roses ou beiges. L’anémone polaire vit sur les fonds rocheux fixée à une paroi et possède des tentacules urticants provoquant de violentes piqûres.

Contrairement aux anémones tropicales qui se contentent de débris de nourriture, l’anémone polaire a la particularité de se nourrir de petits poissons et crustacés qu’elle capture au moyen de ses tentacules. C’est pour cette raison qu’on l’appelle communément « anémone mangeuse de poisson ».

picto-valorisation
EMBRANCHEMENT
Cnidaire
RÉPARTITION GEOGRAPHIQUE
Pacifique nord-est en Alaska, Canada et Californie
TAILLE
25 cm
PROTECTION
Espèce non listée par la CITES (Convention sur le commerce international des espèces en danger)

L’anémone de mer : une cousine de la méduse

UN ANIMAL SIMPLE… MAIS SEULEMENT EN APPARENCE !

Contrairement à son homonyme terrestre qui est une plante à fleurs, l’anémone de mer est bel et bien un animal. Cependant, les anémones ne possèdent ni cerveau, ni organes sensoriels (les yeux ou les oreilles par exemple), ni squelette. Pour la décrire simplement nous pouvons parler de son corps mou mais très musclé qui s’accroche à l’aide d’un pied adhésif (disque de fixation) aux substrats, le plus souvent rocheux. La plupart des anémones sont sédentaires et choisissent de demeurer à un seul endroit. Néanmoins, elles sont capables de se déplacer par glissements sur les fonds marins. Même si l’’anémone de mer ne possède ni yeux ni oreilles, elle est tout de même dotée d’une bouche faisant aussi office d’anus. Cet orifice est situé au centre et ornée de tentacules. Il se prolonge par la cavité digestive (colonne gastrique).

La taille des anémones de mer varie en fonction des espèces de 1 centimètre à plus de 2 mètres. Il existe environ 1000 espèces d’anémones de mer différentes réparties dans l’ensemble de l’océan. À Océanopolis, vous pouvez en observer dans les 3 pavillons : polaire, tropical et Bretagne.

où vit l’anémone de mer ?

Anemonia viridis (Forskal 1775) également connue sous le nom d’anémone commune (français) ou ortie de mer vit dans des zones tempérées, sur tout le pourtour méditerranéen, le long des côtes atlantiques européennes et nord (africaines, de la côte sud de la Norvège jusqu’au Açores). Présente aussi bien en surface jusqu’à une trentaine de mètres de profondeurs pour les plus grands individus. La partie visible de l’animal est composée de longs tentacules souples et verts avec une extrémité plus violacée.

Urticina piscivora (Sebens, Laasko, 1978) ou anémone polaire vit dans les mers du nord jusqu’à 40 m de profondeur fixée à une paroi. Elle mesure entre 10 et 20 centimètres. Elle présentent des couleurs vives (un pied rouge foncé et des tentacules blancs, roses ou beiges). Elle est également connue sous le nom fleur de la mer pour son apparence ou anémone mangeuse de poisson en référence à son régime alimentaire.

Si l’on s’intéresse à sa classification les informations se compliquent un peu : l’anémone de mer appartient au groupe des cnidaires de la classe des Anthozoaires (Hexacoralliaire) et de la famille (sous-classe) des Actiniaires.

Pour bien comprendre sa classification un peu de vocabulaire s’impose :

Pour commencer les cnidaires regroupent des animaux aquatiques (marins ou dulcicoles) répartis en 5 grandes classes. Tous sont caractérisés par leur symétrie radiale et par la présence de cellules urticantes également appelées nématocystes. Les Anthozoaires sont l’une de ces 5 classes qui regroupent les anémones de mer, les coraux, les gorgones et les cérianthes. Les quatre autres classes alternent une phase polype et une phase méduse.

Les Anthozoaires sont uniquement retrouvés en milieu marin. Ils peuvent être solitaires ou coloniaux. Alors que la forme solitaire peut s’attacher à des substrats durs ou se terrer dans le sable, la forme coloniale peut construire de véritables récifs en squelette calcaire (exemple : récifs coralliens).

Chez les Anthozoaires on retrouve deux sous classes : les Hexacoralliaires et les Octocoralliaires. Les Hexacoralliaires ont une symétrie radiaire d’ordre six et comportent un nombre de tentacules multiple de six. Ils comprennent les coraux constructeurs de récifs et les anémones de mer. Les Octocoralliaires ont une symétrie radiaire d’ordre huit et possèdent huit tentacules.

Les Actiniaires sont toujours solitaires et fixés au substrat par un disque adhésif.

Anémone commune à Océanopolis Anémone commune, Anemonia viridis. © Thierry Joyeux / Océanopolis
Zoom sur les tentacule de l'anémone commune à Océanopolis Anémone commune, Anemonia viridis. © Thierry Joyeux / Océanopolis
Anémone polaire à Océanopolis Anémone polaire, Urticina piscivora. © Thierry Joyeux / Océanopolis
Anémones polaires à Océanopolis Anémones polaires, Urticina piscivora. © Thierry Joyeux / Océanopolis
Précédent Suivant

Comment se reproduit l’anémone de mer ?

L’anémone de mer se distingue des autres Hexacorollaires par l’absence de squelette calcaire. Elle est qualifiée de polype géant. Chaque polype est un holobionte (ensemble composé par un organisme végétal ou animal et les micro-organismes qu’il héberge) indépendant pouvant se reproduire de façon asexuée par fission longitudinale du pied ou de façon sexuée par fécondation externe. Chez l’anémone Anemonia viridis par exemple, chaque polype émet dans le milieu des gamètes. La fécondation ayant lieu dans l’eau les larves commencent leur vie dans le plancton dérivant avec le courant jusqu’à trouver un endroit pour s’installer. C’est le moment où elles se développent en jeune anémone. La durée de vie des polypes est de 70 ans environ.

 

L’anémone de mer est-elle urticante ?

Toutes les anémones possèdent des tentacules plus ou moins urticants pour se défendre et capturer des proies.

Les tentacules sont dotés de cellules urticantes appelées des cnidocystes. Ces cellules injectent un venin qui paralysent les proies capturées, que l’anémone viendra ensuite apporter à sa bouche. À l’intérieur de chacune de ces cellules se trouve une capsule : nématocyste qui possède un long filament enroulé. Chez certaines espèces le filament est qualifié de barbelé chez d’autres il contient un poison. Cette arme est stimulée par contact ou par libération de substances chimiques.

L’anémone a peu de prédateurs dans son environnement mais les plus petites peuvent tout de même être la proie de polychètes ou de nudibranches. L’anémone de mer est un véritable prédateur. En fonction des espèces, elle peut se nourrir de crustacés, mollusques, vers marins, ou encore de petits poissons. Une fois prise dans les tentacules de l’anémone, la proie est amenée vers la bouche puis digérée et absorbée. L’anémone rejette ensuite les quelques restes par le même orifice puisqu’il fait également office d’anus.

 

L’anémone de mer, une vie aux multiples associations

En biologie, la symbiose correspond à une association de deux êtres vivants qui s’aident mutuellement. Le commensalisme désigne quant à lui une association de deux être vivants où seulement l’un des deux tire profit de l’association mais sans que cela ait d’impact particulier sur le deuxième. Les anémones de mer ont de nombreux symbiontes et commensaux. En voici quelques exemples :

Le poisson clown, Amphiprion ocellaris, vit en commensalisme avec l’anémone de mer. L’anémone de mer, avec ses tentacules urticants protège le poisson clown contre ses prédateurs. Ce type d’association où des animaux vivent à l’abri dans les tentacules de l’anémone est courante (crevettes, crabes). Ces animaux, comme le poisson clown sont immunisés contre le venin et profitent des restes des repas. L’anémone de mer n’a pas vraiment de bénéfices de cette association mais cela ne la gêne pas non plus.

Le crabe boxeur, Lybia Leptochelis, vit en symbiose avec deux minuscules anémones sur chacune de ses pinces. Cela lui permet de se défendre face à ses prédateurs en brandissant ces deux armes urticantes tandis que les anémones bénéficient des restes de nourritures du crabe lorsqu’il mange.

Le bernard l’hermite, peut vivre en symbiose avec une ou plusieurs anémones de mer collée.s sur sa coquille. Cette association permet à l’anémone de se déplacer pour trouver de la nourriture. En échange, elle assure la protection du bernard l’hermite par dissuasion. Quand celui-ci change de coquille pour une plus spacieuse, il n’est pas rare qu’il décolle et récupère l’anémone pour qu’elle se fixe sur la nouvelle.

L’anémone verte, Anemonia viridis vit en symbiose avec ses zooxanthelles. Cet anémone héberge des microalgues appelées zooxanthelles qui captent la lumière du soleil pour produire de l’énergie (la photosynthèse). En échange d’un abris, les zooxanthelles fournissent ainsi à l’anémone une source d’énergie.

 

Références

Houtman, R., Paul, L. R., Ungemach, R. V., & Ydenberg, R. C. (1997). Feeding and predator-avoidance by the rose anemone Urticina piscivora. Marine Biology, 128, 225-229.

Mallien, C. (2017). Étude de la diversité neutre et adaptative chez l’anémone de mer symbiotique Anemonia viridis: apport de techniques de type Next-Generation Sequencing dans les questions de délimitation d’espèces et d’adaptation locale (Doctoral dissertation, Université Côte d’Azur).

Où la trouver
à Océanopolis ?
vague-decoration
— PAVILLON POLAIRE

Où la trouver
à Océanopolis ?

Dans l’aquarium « Les anémones du froid » du pavillon polaire.

picto-requin DÉCOUVRIR LE PAVILLON POLAIRE

⚠️ IMPORTANT ⚠️

En raison de la période estivale et de la météo pluvieuse nous vous recommandons vivement d’acheter votre billet en ligne avant de vous déplacer. 

Seul l’achat de billets horodatés en ligne permet l’accès à la visite le jour et à l’heure choisis.

Billets CSE et abonnés : présentez-vous directement au contrôle d’accès, sans réserver.

Merci de votre compréhension.

L’équipe Océanopolis