Trois jeunes phoques veaux marins accueillis au « Centre de soins et de conservation de la faune aquatique de Bretagne » à Océanopolis.

Depuis son ouverture, en 1990, le centre de soins dédié aux pinnipèdes a accueilli plus de 600 phoques, des phoques gris pour la très grande majorité. Aujourd’hui, le centre héberge, de manière tout à fait exceptionnelle, 3 jeunes phoques veaux marins en soins.

Jeune phoque veau marin au centre de soins © Océanopolis 

Des phoques âgés de quelques semaines 

Ces trois individus, âgés de quelques semaines, ont intégré le centre au début du mois d’août pour les deux premiers et à la mi-août pour le troisième. Ils portent respectivement les numéros 600, 601 et 602. Très maigres, ces phoques présentaient un poids proche du poids de naissance, moins de 10 kilos, alors que leurs ombilics quasiment cicatrisés indiquaient qu’ils étaient âgés d’au moins une semaine. Cela indique que ces petits n’avaient pas, ou très peu, bénéficié du lait maternel. Affaiblis et présentant quelques plaies, ils ont rapidement été pris en charge par l’équipe qui les soigne quotidiennement. Aujourd’hui, nourris cinq fois par jour d’une bouillie composée de filets de harengs, les phoques passeront au poisson entier très prochainement. Ils prendront alors du poids rapidement et pourront intégrer les bassins extérieurs du centre de soins. Ils seront relâchés dans leur environnement naturel lorsqu’ils atteindront plus de trente kilos, aux environs du mois d’octobre. 

Des zones d’échouage inhabituelles pour cette espèce 

Le phoque gris colonise depuis longtemps les côtes bretonnes. Son cousin, le phoque veau marin, est bien moins présent sur ces territoires. On retrouve la plus proche colonie du côté de la baie du Mont St-Michel, en Normandie, mais aussi en baie des Veys, dans le Cotentin, ou plus loin sur les côtes sableuses picardes. Les trois jeunes individus accueillis au centre de soins se sont échoués respectivement à Pléneuf-Val-André dans les Côtes d’Armor, à Avranches dans la Manche et du côté d’Esnandes en Charente Maritime. Cette dernière localisation suscite l’interrogation des équipes. S’il n’est pas rare d’observer des individus adultes de passage dans ces zones littorales, l’observation d’une mère et son petit ou d’un petit échoué est, elle, bien plus surprenante. 

Des zones de repos également prisées des vacanciers 

Les femelles veaux marins mettent bas au sec, souvent sur les plages ou dans les estuaires, en période estivale. Parfois, les vacanciers présents sur la côte dérangent une mère et son petit, ce qui peut entraîner l’abandon du jeune par la femelle. Cette situation est souvent due à un manque d’information sur la façon d’observer ces animaux.  

En 1990, avec la création d’Océanopolis, un centre de soins pour mammifères marins voyait le jour à Brest. En 2017, Bretagne Vivante, la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), le Groupe Mammalogique Breton (GMB) et Océanopolis se sont associés pour créer l’association Centre de soins et de conservation de la faune aquatique de Bretagne.  

La presse en parle : retrouvez le JT du 8 septembre France 3 - reportage sur l'accueil des 3 jeunes phoques veaux marins à partir de la 14ème minute 

Tous les évènements