Matchaq et Tangik sont arrivées à Brest !

Elles rejoignent Pukiq, la première loutre de mer arrivée à Océanopolis en juin dernier.

Les deux jeunes loutres de mer, âgées de 13 et 15 mois, ont atterri à Brest ce matin. Elles ont rejoint rapidement les zones de quarantaine d'Océanopolis où elles ont été accueillies avec joie par l'équipe "mammifères marins." Elles resteront en quarantaine jusqu'à ce que leur acclimatation soit jugée satisfaisante par les soigneurs et les vétérinaires, puis elles rejoindront Pukiq dans le sentier des loutres.
Il s'agit de deux jeunes mâles recueillis par le centre de soins du SeaLife Center de Seward en Alaska après s’être échoués à l’âge de six mois. Les équipes américaines, à l’image du travail des équipes d’Océanopolis dans le centre de soins dédié aux phoques, ont soigné ces animaux et leur ont permis de reprendre des forces.
Ne pouvant être relâchées dans le milieu naturel, en raison du phénomène d’imprégnation et par manque d’apprentissage maternel ayant été recueillies trop jeunes, ces loutres ont rejoint Brest au début du mois de décembre. 

Quelques précisions sur cette arrivée exceptionnelle : 

Comment fonctionne le centre de soins du SeaLife Center de Seward (Alaska) ?

  

Matchaq et Tangiq, les loutres de mer d'Océanopolis en zone de quarantaine

Matchaq et Tangiq, les deux jeunes loutres de mer d'Océanopolis en zone de quarantaine © Océanopolis 

À l’image du travail des équipes d’Océanopolis dans le centre de soins dédié aux phoques, les équipes américaines du SeaLife Center de Seward recueillent des animaux échoués pour leur apporter des soins et du repos. Ce centre de soins accueille différentes espèces de mammifères marins et oiseaux de mer. 

Pourquoi les loutres recueillies ne peuvent-elles pas être relâchées ?

L’expérience a montré, dans le cadre des programmes de conservation que la réintroduction dans le milieu naturel des loutres de mer recueillies très jeunes est rendue impossible en raison des contacts répétés avec les soigneurs. Ces contacts font naître chez le jeune animal un phénomène appelé imprégnation. D’autre part, ayant été recueillies très jeunes, elles n’ont pas bénéficié de l’apprentissage maternel. 

Qu’est-ce que l’imprégnation ?

Il s’agit d’un phénomène qui amène le jeune animal à s’habituer au contact de l’homme. Cette imprégnation est très forte pour les loutres de mer accueillies en centre de soin dans les premiers mois de leur vie. La réintroduction dans le milieu naturel n’est plus possible car l’animal recherchera dès lors le contact des hommes davantage que celui de ses congénères et son comportement s’en trouvera modifié. 

Dans quelles conditions arriveront ces deux nouvelles loutres ?

Ces deux jeunes loutres viennent d’Alaska. Elles arriveront à Brest, en avion, depuis la ville d’Anchorage. Leur transfert d’Anchorage à Brest est un véritable défi pour les équipes des deux continents qui ont mis au point une logistique sur-mesure, selon un protocole validé par l'administration américaine. Pour limiter le stress des animaux, le temps du voyage doit être réduit : 13 000 km en 15 heures porte à porte. Les loutres voyageront à sec, placées séparément dans une caisse transparente aérée. Prennent part au vol, pour prendre soin des animaux : Christine Dumas (Chef d’équipe du service « mammifères marins » à Océanopolis), Brett Long (Responsable animalier du SeaLife Center de Seward) et Kathy Woodie (Vétérinaire SeaLife Center de Seward). 

Quand seront-elles visibles du public ?

À leur arrivée à Océanopolis, les animaux seront observés en bassin de quarantaine, sous la responsabilité des équipes de soigneurs d’Océanopolis et d’un vétérinaire expert de la faune sauvage. La durée de cette période de quarantaine sera fixée en fonction de l’acclimatation des animaux. Dès que les équipes jugeront l’acclimatation satisfaisante, les animaux rejoindront le bassin du sentier des loutres. 

Comment va se passer la rencontre entre Pukiq et les deux nouvelles loutres ?

La rencontre entre Pukiq et ses deux nouveaux congénères va se dérouler en différentes étapes. La 1ère étape sera la période de quarantaine pendant laquelle les deux loutres seront strictement isolées et non visibles du public. La durée de cette période de quarantaine sera fixée en fonction de l’acclimatation des animaux. Dès que les équipes jugeront l’acclimatation satisfaisante, les deux loutres rejoindront le bassin du sentier des loutres. Ils évolueront dans une partie du bassin, divisé en deux par une vitre amovible. Cette 2ème étape permettra à Pukiq et aux nouveaux pensionnaires un premier contact visuel et sonore. Enfin, la 3ème et dernière étape sera le retrait de cette séparation du bassin pour permettre aux trois loutres d’évoluer ensemble. Ces trois étapes se dérouleront sous le contrôle des équipes d’Océanopolis mais aussi d’un vétérinaire éthologue spécialiste du comportement animal. 

  

Tous les évènements