Océanopolis vous présente Junior, le premier phoque annelé né en captivité !

Le bassin des phoques de l’Arctique d’Océanopolis accueille Junior, un petit phoque annelé pas comme les autres. Arrivé en janvier à Brest, il est le premier de son espèce à être né en captivité. Une première mondiale !

 Le premier phoque annelé né en captivité !

Junior, premier phoque annelé né en captivité, nouveau pensionnaire du pavillon polaire d'Océanopolis © Océanopolis

 Il a à peine 15 mois et pèse déjà 50kg. Sa présence au sein d'Océanopolis tient d'une petite prouesse. C'est « un phoque pas comme les autres », s'enthousiasment les soigneurs du service mammifères marins d'Océanopolis. Ce petit phoque annelé est le premier de son espèce à être né en captivité. Il est en effet, le résultat d’un programme de reproduction en captivité avec le parc zoologique d’Arnhem aux Pays-Bas. Junior est issu de l’accouplement d’un mâle d’Océanopolis « Rick » et d’une femelle issue du parc. 

Sami Hassani, biologiste, responsable des mammifères marins à Océanopolis explique : « Les deux phoques que nous avions au pavillon polaire sont des mâles. En 2007, nous avons pris attache avec le zoo néerlandais d'Arnhem, où vit une femelle. Nous y avons envoyé Baron, et ils se sont plutôt bien entendus ! ». Onze mois plus tard, un premier bébé phoque naît, mais il périt peu de temps après, sa jeune maman ne sachant pas très bien s'occuper de lui. En revanche, l'année suivante, rebelote, et cette fois, plus de doute sur son instinct maternel : Junior voit le jour le 1er mars 2013 et prospère bien vite. 

Cette naissance  en captivité représente une première mondiale pour cette espèce. 

Un pelage blanc à la naissance

Tout blanc pendant ses premières semaines de vie, il prend progressivement son pelage d'adulte : gris, avec des anneaux plus clairs sur le dos, comme une marbrure, qui expliquent le nom de son espèce, le « phoque annelé ». 

Une acclimatation progressive

Arrivé à Brest en janvier dernier, il a passé quelque temps en zone de quarantaine pour s’acclimater à ses nouvelles conditions et par ailleurs s’accoutumer au dressage afin d'être nourri et soigné.  

Dans le bassin des phoques de l’Arctique d’Océanopolis

Junior, premier phoque annelé né en captivité © Océanopolis

Ce nouveau pensionnaire évolue désormais au sein du bassin des phoques de l’Arctique, avec ses congénères Baron, autre phoque annelé de 15 ans, et Pierrot, phoque du Groenland. Avec eux, il évolue dans le grand bassin des phoques de l’Arctique, au sein du pavillon polaire d’Océanopolis. 

Dans un univers de fjord norvégien, les phoques de l’Arctique profitent à Océanopolis, d’une véritable banquise reconstituée et d’un bassin de 1 000 m3. La température extérieure n’y excède pas 4 °C, celle de l’eau 8 °C. Qu’ils soient « annelés », « veaux marins » ou du Groenland, les phoques polaires, toujours facétieux, nagent autour d’un iceberg ou se reposent sur la glace. Ils effectuent au minimum deux fois par jour des exercices en lien avec les repas afin notamment de les familiariser aux interventions des vétérinaires. 

 D’autres phoques attendus à Brest

« Nous ne comptons pas en rester là », poursuit Sami Hassani. « À terme, nous devrions accueillir d’autres jeunes phoques nés grâce à ce programme de reproduction, puis probablement le couple de parents. » 

 Les « anges des mers » autres stars du pavillon polaire

À quelques mètres de Junior, les cliones, appelés aussi "anges de mers" sont d'un tout autre gabarit. Ces étranges créatures translucides, sont de petits mollusques des eaux arctiques qui vivent en bancs. Arrivés il y a deux mois à Océanopolis en provenance du Japon, ils constituent une nouveauté rare de l'aquarium brestois.
Pour en savoir plus sur les anges d'Océanopolis... 

Tous les évènements