De nouveaux poussins dans la manchotière !

La population des manchots d’Océanopolis ne cesse de se développer. Comme à chaque début de l’été, une fois par an depuis maintenant presque 15 ans, le parc accueille de nouveaux poussins. Depuis juin dernier deux petits manchots papous ont rejoint les rangs des 43 pensionnaires de la manchotière.

Poussin papou copyright Oceanopolis

© Océanopolis 

Au-delà de la grande satisfaction ressentie par les équipes de soigneurs pour ces nouvelles naissances, preuve du bien-être des animaux, ces heureux événements permettent à l’équipe d’Océanopolis d’envisager de nouveaux échanges avec d’autres zoos et aquariums européens. Les échanges, ou dons, de ces espèces protégées sont contrôlés par l’Association Européenne des Zoos et des Aquariums (EAZA) et permettent aux parcs de favoriser les reproductions mais aussi et surtout de limiter la consanguinité des individus en favorisant le brassage génétique. 

Des contacts fréquents avec de nombreux parcs européens au Royaume-Uni, en Allemagne ou encore en République Tchèque, assurent à Océanopolis un renouvellement de ses populations mais aussi un échange d’expériences constant avec les autres détenteurs de ces espèces subantarctiques. Grâce à une connaissance toujours plus complète du mode de vie des trois espèces de manchots présentées dans le parc : papous, gorfous et royaux, Océanopolis bénéficie de bons résultats reproductifs. L’aquarium a notamment pu doubler l’effectif de ses manchots gorfous. Des 9 individus découverts lors de l’ouverture du pavillon polaire en 2000 aux 13 oiseaux aujourd’hui présentés, les effectifs se sont considérablement accrus chez une espèce où la reproduction en captivité reste pourtant relativement difficile. 

Les couples de papous, qui peuvent se reformer d’années en années tout comme les autres espèces de manchots, sont assez nombreux dans le cheptel brestois, à l’inverse des manchots royaux qui présentent eux une situation plus délicate avec seulement 2 femelles pour 11 mâles. 

Poussin papou copyright Oceanopolis

© Océanopolis 

Le parc brestois reçoit actuellement de nombreuses demandes concernant sa population de manchots papous : « il y a beaucoup de centres européens pour lesquels la reproduction de cette espèce ne fonctionne pas toujours bien » explique Sami Hassani, Responsable du service des mammifères marins et oiseaux de mer. Selon lui, plusieurs éléments viennent expliquer le succès de la reproduction des papous à Océanopolis, parmi lesquels les conditions de vie de ces animaux : « Ici, les manchots sont à l’abri à l’intérieur, donc protégés des aléas climatiques et des agressions extérieurs comme les insectes, qui véhiculent une forme de malaria. On leur prépare aussi un mélange spécial de nourriture pour qu’ils aient les graisses qui leur sont nécessaires. ». En effet, la saison de reproduction est une période clef pour les manchots et ils doivent s’y préparer quelques mois auparavant en se constituant des réserves de graisse suffisantes pour affronter cette étape dans les meilleures conditions. 

Enfin, ces échanges seront également, d’ici la fin de l’année, l’occasion pour Océanopolis d’envisager l’arrivée de nouveaux animaux qui rejoindront les populations déjà présentes sur le parc. 

Tous les évènements